Stop aux fermetures de classes dans Paris !

Stop aux fermetures de classes dans Paris !

La crise sanitaire a rendu très difficile la poursuite de la scolarité des élèves parisiens. La faute au Ministre Blanquer qui a raté sa gestion de crise avec des directives contradictoires et un manque flagrant de soutien envers les professeurs. Face à une telle bérézina, certains tentent de détourner l’attention en accusant les professeurs eux-mêmes avec des attaques diffamatoires. D’aucun crie donc au scandale car 5% des professeurs auraient manqué les cours en ligne. Dans le même temps, on oublie de préciser que 4,97% des professeurs du privés sont absent.e.s durant toute l’année en temps normal et que le taux d’absentéisme dans le privé tous les ans est de 4,55%. Absentéistes, les profs ? A d’autres ! 

Mais à qui peut bien servir ce discours diffamatoire envers la fonction publique en général ? A celles et ceux qui s’attachent à faire dysfonctionner le service public pour le privatiser progressivement. Et l’une de ces techniques de dysfonctionnement est justement la suppression des classes. Ce à quoi Paris n’échappe pas, sans que la Maire ne s’en offusque. 

Ainsi, en plein confinement, les parents et les enseignant.e.s se sont mobilisé.e.s en découvrant que la nouvelle carte scolaire prévoyait la fermeture de 73 classes dans Paris. Dans tous les arrondissements, des fermetures sont prévues, ce qui va alourdir les effectifs par classe pour les écoles concernées et fragiliser les équipes éducatives. Les élèves les plus fragiles en feront inévitablement les frais. 

A cet égard, le 20ème arrondissement sera particulièrement touché avec la suppression de près de 13 classes ce qui aura pour conséquence d’augmenter drastiquement les effectifs par classe dans des écoles souvent classées en REP et dans des quartiers Politique de la ville. 

Même chose pour les collèges et les lycées : l’académie de Paris est particulièrement touchée par les suppressions de postes pour la prochaine rentrée, alors même que les collégien.ne.s et lycéen.ne.s seront plus nombreux.ses l’année prochaine ! 78 postes disparaîtront au cours de la prochaine année scolaire, ce qui représente près de 10% des suppressions prévues pour toute la France. Sur le terrain, cela se traduira par 774 heures de moins au lycée et 325 heures au collège…

Nous refusons que l’avenir de nos enfants soit sacrifié pour réaliser des économies. Les prochaines années scolaires seront cruciales pour rattraper les retards accumulés durant le confinement, à commencer par la prochaine rentrée qui ne pourra pas se dérouler sereinement sans davantage de moyens humains. Pourquoi donc continuer de supprimer des classes et des postes ? Cessons de faire passer l’économie avant ce qui est essentiel !

Nous réclamons qu’aucune classe ne ferme et que les écoles soient dotées des moyens financiers et humains pour combattre les inégalités scolaires et sociales.

Nous réclamons la suspension du nouveau projet de Carte Scolaire

Nous réclamons la fin des suppressions de postes pour les professeurs sur Paris afin que chaque enfant puisse obtenir la même éducation partout


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *