Dans le 20e comme ailleurs, stop aux violences policières !

Dans le 20e comme ailleurs, stop aux violences policières !

Une vidéo a été largement partagée sur les réseaux sociaux, montrant une interpellation qui a eu lieu jeudi 28 mai vers 21h, dans le quartier Fougères du 20e, à l’angle des rues Léon Frapié et Fougères. On peut y voir un homme allongé sur le dos, menotté, entouré de plusieurs policiers qui pour le maintenir à terre ont des gestes violents et dangereux. On voit ainsi un agent de police appuyer son genou sur le cou de la personne. C’est précisément ce geste, maintenu pendant de longues minutes qui a provoqué la mort de George Floyd, à Minneapolis. Cette méthode d’immobilisation est extrêmement dangereuse et devrait d’urgence être interdite. J’espère que la personne qui a subi ces violences, quoiqu’elle ait commis ou pas, se porte physiquement bien. La vidéo donne également à voir la présence d’agents de la sécurité de la Mairie de Paris, qui, selon des témoignages collectés sur le terrain, auraient tenté d’empêcher des personnes présentes de filmer.

  • Je demande a minima au Préfet de police de diligenter une enquête interne à la police. 
  • J’interpelle la Maire de Paris et son adjointe chargée de la sécurité, Colombe Brossel, sur le rôle alloué aux agents de la Ville de Paris : filmer une opération de police sur la voie publique n’est pas interdit par la loi. 
  • J’ai contacté la Ligue des Droits de l’Homme de Paris qui a été à l’initiative la création de l’observatoire parisien des libertés publiques, pour leur suggérer de saisir le Défenseur des droits, et leur ai indiqué ma disponibilité pour soutenir et relayer leurs démarches 
  • J’incite vivement toutes les personnes qui ont pu être présentes au moment de l’événement à témoigner et j’ai sollicité la Perm’ Belleville, pour leur expérience dans l’accompagnement des victimes de violences policières, afin d’accompagner les habitant.es de Fougères et les jeunes qui le souhaiteraient à défendre leurs droits. 

Alors que la campagne municipale reprend, que la plupart des candidates se prononcent en faveur de la création d’une police municipale, même armée pour certaines, il est urgent que chaque candidat.e se positionne sur le problème des violences policières bien trop fréquentes dans les quartiers populaires.

Pour Décidons Paris, il faut qu’elles cessent : Nous souhaitons que Paris devienne un territoire expérimental du récépissé daté, cosigné et justifié contre le contrôle au faciès. Nous sommes par ailleurs opposés à la création d’une police municipale. 

Une inspection des commissariats parisiens est par ailleurs urgente pour lutter contre les pratiques discriminatoires et les violences comme le demandait déjà le Défenseur des droits Jacques Toubon il y a un an en avril 2019.

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *