Santé et protection avant tout !

Santé et protection avant tout !

Le 28 avril, lors de la séance exceptionnelle du Conseil de Paris, Danielle Simonnet proposait à Anne Hidalgo et à son exécutif d’interpeller le gouvernement sur la nécessité de reporter la réouverture des écoles prévue le 11 mai. Il était déjà évident que les écoles ne pourraient pas être prêtes à cette date pour garantir des conditions sanitaires permettant la sécurité des enfants, des personnels et de la population dans son ensemble. Aucune réponse n’a été apportée à sa proposition à ce moment là. 

Nous nous félicitons d’avoir finalement été entendus : Anne Hidalgo, s’associant à plus de 300 maires d’Île-de-France, a interpellé dimanche le gouvernement pour demander le report de la date du 11 mai pour la réouverture des écoles. 

La prise de position de la Maire de Paris va dans le bon sens. Il faut maintenant l’amplifier et assumer enfin la rupture avec le gouvernement : les impératifs de précaution sanitaire doivent passer au premier plan.

L’impréparation et l’irresponsabilité du gouvernement mettent la population en danger, qu’il s’agisse de la distribution de masques, de la mise en place des tests, de l’absence d’anticipation des problématiques de transport en Île-de-France ou encore de l’absence d’aide aux personnes en difficulté financière du fait de la crise sanitaire et du confinement.
Dans tous ces domaines, la Maire de Paris doit assumer un rôle d’alerte et d’interpellation, comme sur la réouverture des écoles. 

Nous proposons donc que la Maire de Paris, en s’associant aux autres maires qui voudront s’engager dans la même démarche, interpelle le gouvernement pour demander :
– la gratuité des masques de protection, et la réquisition des stocks amassés par la grande distribution afin de les distribuer gratuitement
un moratoire immédiat sur les loyers et leur réduction, voire annulation, pour les locataires ayant subi une perte de revenus, compensé par un fonds d’aide aux petits propriétaires privés
l’annulation de toutes les mesures qui affaiblissent l’hôpital public (fermetures de lits, baisses de budget, privatisations…), et notamment l’abandon de la privatisation du tiers de l’Hôtel-Dieu et la réouverture du Val-de-Grâce. 
le refus de toute fermeture de classe à la rentrée 2020 : ce sont au contraire des nouveaux moyens et postes qui doivent être alloués aux établissements scolaires pour garantir à tous les élèves des conditions d’accompagnement à la hauteur de la crise sanitaire et sociale.

Nous proposerons lors du Conseil de Paris du 18 mai des vœux portant ces revendications, qui seront défendus par Danielle Simonnet. Nous émettons le souhait que le conseil s’en saisisse et fasse de ces revendications des causes communes, dans l’intérêt des Parisiennes et des Parisiens.
 
Communiqué de Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *