A la surveillance généralisée, préférons une gestion collective du contrôle sanitaire

A la surveillance généralisée, préférons une gestion collective du contrôle sanitaire

Alors que l’assemblée nationale discute en ce moment du déploiement de l’application StopCovid et des technologies de ‘tracking’ qui y sont liées, comment ne pas évoquer le sujet des villes intelligentes, expression désignant l’utilisation des technologies comme outil de gestion et de conception des politiques publiques urbaines. La Ville de Paris semble à ce titre totalement démunie alors même que ces technologies sont au coeur du débat pour anticiper les évolutions majeures de la pandémie. 

Comme nous le proposions dans notre programme détaillé, grâce aux multitudes de capteurs que la ville contient, des outils de connaissance et de simulation peuvent être créés et utiles à tous. Nous proposons par exemple que la Ville de Paris se dote d’un laboratoire d’analyse et de gestion en temps réel permettant une visualisation immédiate du fonctionnement de la ville afin d’être réactif en tant qu’acteur public pour gérer cette crise et celles à venir, qu’elles soient partielles ou majeures. 

Cette plateforme numérique se ferait tout en garantissant la sécurité et l’anonymat dans la diffusion des données de manière à ne pas pouvoir retracer une personne ou un groupe. Ce type de projets n’a pas vocation à surveiller mais à permettre au plus grand nombre de s’emparer et d’utiliser les modèles construits dans une perspective démocratique et émancipatrice. Nous proposons donc que la création d’un tel laboratoire soit soumise à une consultation citoyenne et un débat spécifique en conseils d’arrondissement et en Conseil de Paris. Cela permettrait aux besoins des habitants d’être entendus dans des prises de décision communes.

Au-delà de la crise sanitaire actuelle, la modélisation de notre environnement urbain est indispensable aux politiques publiques de lutte et d’adaptation face au changement climatique. La ville intelligente doit permettre d’améliorer la vie quotidienne de toutes les populations et en particulier des plus modestes sur l’ensemble du système urbain : gestion de l’énergie et des ressources épuisables, prévision des pics de chaleurs et de pollution, amélioration de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite, etc. 

Les plateformes ‘villes intelligentes’ sont des outils de gouvernance et donc de pouvoir. Ne pas les maîtriser c’est laisser ce pouvoir aux multinationales.

Le Groupe thématique urbanisme de Décidons Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *