Ecoles, collèges et lycées : il est temps d’arrêter la saignée !

Ecoles, collèges et lycées : il est temps d’arrêter la saignée !

La crise sanitaire actuelle rend très difficile la poursuite de la scolarité des élèves parisiens. La continuité pédagogique n’est assurée que de façon très insatisfaisante et elle aggrave des inégalités déjà insoutenables. Les moyens sont déjà insuffisants en temps normal, du fait des politiques austéritaires des dernières décennies qui se sont employées à supprimer des postes d’enseignant.e.s de façon méthodique et continue. Les prochaines années scolaires seront cruciales pour rattraper tous ces retards, à commencer par la prochaine rentrée qui ne pourra pas se dérouler sereinement sans davantage de moyens humains.

Or, ce qui s’annonce pour la rentrée prochaine montre que le compte n’y est pas. Alors que le gouvernement justifie la réouverture des écoles dès le 11 mai au nom de la lutte contre les inégalités scolaires, la carte scolaire présentée pour Paris ne prévoit aucun moyen supplémentaire !

Dans le primaire, le ministère et le rectorat ont décidé que l’année scolaire serait à moyens constants, ce qui suppose qu’aucune ouverture de classe dans une école ne se fasse sans fermeture dans une autre. La mise en place de dédoublements de classes en grande section de maternelle dans les écoles de l’éducation prioritaire se répercute donc sur les autres classes. Au total, ce sont 73 classes dont la fermeture est prévue ! Dans tous les arrondissements, des fermetures sont prévues, ce qui va alourdir les effectifs par classe pour les écoles concernées et fragiliser les équipes éducatives. Les plus fragiles en feront inévitablement les frais. Ce projet est inacceptable.
Nous saluons les mobilisations de la communauté éducative contre ces fermetures de classes, notamment dans le 20e et le 19e arrondissements,
qui sont particulièrement touchés alors qu’ils sont les arrondissements les plus populaires. 

Même chose pour les collèges et les lycées : l’académie de Paris est particulièrement touchée par les suppressions de postes pour la prochaine rentrée, alors même que les collégien.ne.s et lycéen.ne.s seront plus nombreux.ses l’année prochaine ! 78 postes disparaîtront au cours de la prochaine année scolaire, ce qui représente près de 10% des suppressions prévues pour toute la France. Sur le terrain, cela se traduira par 774 heures de moins au lycée et 325 heures au collège…

Nous demandons que les moyens soient abondés dans les écoles, les collèges et les lycées et qu’il n’y ait aucune fermeture de classe ni suppression de poste. C’est une nécessité pour répondre à l’immense défi que représente la prochaine année scolaire : à la situation compliquée que connaissent les élèves, enseignants et parents d’élève avec le confinement, il faut répondre par des moyens supplémentaires ! Le « monde d’après » de nos établissements scolaires doit signer la fin des politiques d’austérité qu’ils subissent depuis des années.


Communiqué de Danielle Simonnet, Vikash Dhorasoo et Sarah Legrain pour Décidons Paris

2 réponses

  1. Jmj dit :

    100% d’accord à la fois comme parent et comme enseignant

    • Fourel dit :

      Une honte ! Les enfants et l’éducation, plus que l’économie devraient être les préoccupations du gouvernement, avec des ressources, des profs, des moyens pour travailler sur les programmes correctement; voire s’organiser pour anticiper dautres épidémies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *