Les mesures urgentes de Décidons Paris face à la crise sanitaire

Les mesures urgentes de Décidons Paris face à la crise sanitaire

La crise sanitaire que nous connaissons, est d’abord liée à des décennies de politiques libérales qui ont cassé l’hôpital public, et à l’incurie gouvernementale dans son absence de planification notamment pour les masques et les tests. Il est d’autant plus urgent de promouvoir de toutes autres politiques de défense de nos services publics, de préservation de nos écosystèmes et de bâtir une société de l’entraide. C’est pourquoi Décidons Paris souhaite tout d’abord exprimer son soutien à toutes celles et ceux qui luttent contre le virus et agissent au quotidien pour la continuité des services essentiels aux Parisien.ne.s : soignant.es, mais aussi éboueurs, travailleurs sociaux, caissier.es et travailleurs de l’industrie alimentaire, petits commerçant.es, agent.es et salarié.es de la propreté, agent.es de la RATP, agent.es des Ehpad, aides à domicile, policier.es, pompier.es, etc.. 

Nous invitons nos militant.es à respecter les consignes sanitaires et donc le confinement, qui sont nécessaires à la lutte contre la propagation du virus, mais aussi à se montrer solidaires : pour celles et ceux qui sont en bonne santé et ne font pas partie des populations à risque, et en prenant les précautions nécessaires, nous les invitons à répondre aux appels à la solidarité lancés par les associations d’aide aux sans-abris et aux soignants (voir la liste des initiatives d’entraide que nous avons répertoriées – n’hésitez pas à en proposer/signaler d’autres qui n’y figureraient pas !).

A l’échelle de Paris, nous proposons la mise en place d’un plan de mesures urgentes pour lutter contre le virus et sa propagation, mais aussi pour assurer la continuité des droits fondamentaux. Il s’agit de propositions, qui n’ont pas vocation à susciter des polémiques, mais qui sont mises à disposition des pouvoirs publics et des Parisien.ne.s qui souhaitent en débattre avec nous. 

Nous souhaitons par ailleurs avant tout ouvrir le débat et enrichir en permanence ces propositions. C’est pourquoi nous vous proposons, en cliquant sur le bouton ci-dessous :

  • de réagir aux différentes propositions (donner votre avis ou éventuellement nous signaler si dans l’intervalle, certaines de ces mesures ont été mises en place ou ne sont plus d’actualité)
  • de proposer de nouvelles mesures qui vous sembleraient utiles
  • de raconter les problèmes que vous observez/auxquels vous êtes confrontés, et qui nécessiteraient une action des pouvoirs publics

Les mesures urgentes de Décidons Paris

– Démocratie :

  • créer un conseil scientifique, citoyen, sanitaire et social, afin d’accompagner de son expertise les décisions politiques, et d’organiser le débat public, avec une transparence des avis et recommandations rendus par ce conseil
  • poursuivre les réunions régulières en visio déjà organisées par l’exécutif avec les maires d’arrondissements et les président.es de groupes, et les ouvrir à toutes les sensibilités politiques représenté.es au Conseil de Paris
  • mettre en place toutes les modalités pratiques permettant aux instances de démocratie locale (conseils de quartier, conseils citoyens, etc.) de poursuivre leurs activités et de remplir un rôle de lanceurs d’alerte et d’interpellation : organisation de réunions en visio (en fournissant si nécessaire le matériel indispensable), relai de leurs initiatives et témoignages, sollicitation de leur expertise militante locale, etc.

– Protection contre la propagation du virus : 

  • prendre un arrêté exigeant l’interruption de tous les travaux non urgents sur le territoire parisiens et la fermeture des entreprises hors secteurs essentiels
  • associer les agents qui poursuivent des activités essentielles de service public, et leurs représentant.es, à la mise en place de mesures de protection, notamment en réunissant les CHSCT dans toutes les directions, lorsque cela n’a pas encore été fait
  • pour les agents contaminés, reconnaître leur maladie comme un accident du travail
  • exiger que les salariés des secteurs essentiels soient associés à la mise en place de mesures de protection, notamment lorsque la ville est donneuse d’ordre (par exemple dans le nettoyage en sous traitance chez les bailleurs sociaux, ou le ramassage des ordures là où il est privatisé) et garantir le contrôle de l’application effective de ces mesures (en lien avec l’inspection du travail et la préfecture)
  • poursuivre les mesures de remboursement des transports en commun et les rendre gratuits pour toutes et tous, avec distribution de masques et gels hydroalcooliques.
  • réaliser un état des lieux public et actualisé régulièrement des stocks de masques (masques FFP2 ou chirurgicaux, autres masques) et autres matériels de protection et faire une commande massive de masques par la ville de Paris, afin d’assurer une protection à l’ensemble des Parisien.nes, en priorisant notamment les soignant.es, les personnes vulnérables (Ehpad, centres d’hébergement, foyers de l’ASE, particuliers, etc.), les structures d’accueil de personnes en situations de handicap, les agents de la ville, et en assurant autant que possible de fournir l’ensemble des personnes qui vivent ou travaillent à Paris. La ville s’y engage mais une information régulière doit être rendue publiquement.
  • veiller à la mise à disposition dans les services publics parisiens de gel hydro-alcoolique et envisager, en lien avec la préfecture, de conditionner l’ouverture des commerces à la mise en place de dispositifs d’accès à du gel hydro-alcoolique

– Confinement et accompagnement : 

  • prévoir un accompagnement psychologique pour les personnes confinées qui en ressentent le besoin, avec notamment un numéro gratuit 
  • mettre en place un moratoire sur le paiement de toutes les factures (cantine, garderie, eau, électricité, assainissement, etc.), et envisager l’annulation de ces factures
  • mettre en place un moratoire sur les loyers des bailleurs sociaux pour toute la durée du confinement et réévaluer du montant des loyers dus proportionnellement à la perte de revenus des locataires, en s’inspirant notamment de villes comme Berlin, Barcelone et Lisbonne qui ont mis en place un moratoire. En compensation, décaler d’autant l’échéancier de paiement des emprunts contractés par les bailleurs sociaux. 
  • interpeller les gestionnaires de foyers de travailleurs migrants (Adoma, Coalia, Adef) pour la mise en place d’un moratoire sur les loyers des résidents et leur annulation pure et simple (beaucoup, notamment travaillant dans l’intérim, n’ont plus aucun revenu.)
  • permettre aux foyers en situation  de précarité numérique d’obtenir gratuitement une tablette/un ordinateur reconditionné (low-tech) ainsi qu’une connexion internet gratuite le temps du confinement. Exiger des opérateurs internet un délai maximal d’une semaine de rétablissement des services essentiels dans la période actuelle que sont internet, le téléphone et la télévision.
  • rembourser aux associations les créneaux de location de salles déjà payés mais non utilisés du fait du confinement
  • mettre en place un plan de soutien aux TPE, PME, indépendants et petits commerces : annulation des loyers pour les locaux relevant des bailleurs sociaux, aides financières pour les PME en difficulté, en complément de celles mises en place par le gouvernement
  • assurer la gratuité de l’accès aux services funéraires, et annuler la privatisation des crématoriums décidée en 2019

– Santé : 

  • soutenir financièrement les centres de santé par des moyens accrus, assurer leur approvisionnement en matériels nécessaires à la gestion de la crise, et garantir le paiement de toutes les heures supplémentaires de l’ensemble des personnels de ces centres
  • agir au sein de l’AP-HP et interpeller le gouvernement pour un plan urgent de 10 milliards d’euros au niveau national pour l’hôpital public et l’annulation du plan “Nouvelle AP-HP” qui prévoit des fusions d’hôpitaux et une réduction du nombre de lits
  • réaliser un état des lieux de la mobilisation des cliniques et exiger la réquisition des cliniques privées et des médecins réanimateurs libéraux
  • exiger la réouverture des urgences de l’Hôtel-Dieu et l’utilisation de la totalité de la surface de l’hôpital, y compris le tiers en cours de cession au privé, pour des activités de soin. Annuler le projet de cession au privé mis en place par la Ville de Paris et l’AP-HP.
  • exiger la réouverture du Val-de-Grâce
  • augmenter durablement les places en réanimation pour les porter à 4 000 au total en Ile-de-France, afin d’être en mesure de faire face à une deuxième vague possible de l’épidémie
  • poursuivre la prise en charge par l’AP-HP et la ville de Paris des déplacements en taxi des soignants pour les horaires de nuit et les équiper pour les protéger de toute contamination (masques, vitres, gel)
  • la psychiatrie parisienne subit également de graves difficultés qui détériorent considérablement les conditions de prises en charge des patients, alors même que la situation inédite du confinement aggravent les souffrances psychiques et les troubles psychiatriques. 
  • soins dentaires : le gouvernement a interdit pendant le confinement les soins dentaires et seulement quelques services d’urgences sont maintenus. Évaluer si ces structures sont suffisantes et demander le cas échéant la réouverture de centres et/ou cabinets en soins dentaires.

– Ehpad : 

  • renouveler régulièrement les tests dans les Ehpad pour éviter toute propagation du virus dans ces établissements
  • assurer que les personnels des Ehpad aient accès en nombre suffisant à toutes les protections nécessaires (masques FFP2, blouses, etc.)
  • soutenir le développement d’associations de résidents et la création d’une instance impliquant à la fois des représentants des usagers, de leurs familles, des directions d’Ehpad privés et publics, ainsi que de l’ARS

– Protéger les personnes sans abri : 

  • poursuivre et amplifier les efforts engagés pour mettre à l’abri celles et ceux qui en ont besoin dans des conditions qui respectent les précautions sanitaire, et notamment : réquisitionner des chambres d’hôtel et appartements habituellement loués en Airbnb, ainsi que les auberges de jeunesse pour héberger et confiner tous les sans abris. Il est urgent de mettre tout le monde à l’abri, en réduisant autant que possible l’accueil en gymnases qui ne permettent pas le confinement, et en favorisant les lieux hébergeant un petit nombre de personnes avec des espaces séparés et délimités
  • héberger et accompagner tous les jeunes isolés se déclarant mineurs dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance
  • interpeller la préfecture contre toute contravention pour non respect du confinement concernant des personnes sans abri ou en hébergement/hôtel ; 
  • mettre en place un plan de subventions afin d’assurer des moyens exceptionnels pour les associations qui assurent la prise en charge des sans abri ; 
  • fournir des masques et matériels de protection aux accueils de jour pour permettre leur réouverture 
  • mettre en place des distributions de gel hydro-alcoolique et de savon, et ouvrir davantage de points d’eau accessibles à tou.tes dans l’espace public parisien ;
  • exiger l’accès pour tout demandeur d’asile aux conditions matérielles d’accueil par l’OFII afin de permettre à toutes et tous de disposer d’un minimum de ressources financières pour pouvoir faire face aux mesures de confinement demandées
  • interdire les expulsions visant les personnes hébergées dans les structures d’urgence
  • demander l’arrêt de toutes les expulsions du territoire et fermer les centres de rétention administrative
  • équiper les travailleurs sociaux de masques de protection et de gel hydro alcoolique tant dans les structures d’hébergement que dans les accueils de jours, maraudes, distributions alimentaires, etc. 
  • mettre en place la garantie dignité : complément de revenus financé par la Ville pour qu’aucun.e Parisien.ne ne soit sous le seuil de pauvreté
  • faire des mairies d’arrondissement des lieux de collectes de produits alimentaires centralisant des dons pour les associations spécialisées
  • augmentation des capacités de production des services de restauration collective pour assurer des distributions de repas pour les familles dans le besoin
  • mise en place du protocole suivant pour assurer protection à tou.tes celles et ceux le nécessitant en cas de crise :
    • en 24h, établissement d’une liste des locaux vides. En lien avec les services sociaux, la CAF, les établissements scolaires, les associations d’aide social, établissement de listes de personnes pouvant nécessiter une aide alimentaire. 
    • en 48h, détermination des locaux pouvant être occupés. Redéploiement des effectifs de la ville dans les services de restauration collective pour confectionner des repas à livrer/emporter.
    • en 72h, activation d’une chaîne de fournisseurs planifiée à l’avance  pour équiper les lieux ciblés de lits, douches et toilettes
    • en 96h, organisation de trajets de maraudes par les associations (avec l’équipement de protection qu’il faut que ce soit contre les radiations, les virus, etc.) pour orientation de toutes les personnes à la rue vers les structures d’hébergement ouvertes.

– Droits des femmes et lutte contre les violences faites aux femmes : 

  • assurer la continuité de l’accès à l’IVG et à la contraception : 
    • assurer pendant toute la durée du confinement le maintien du plan été qui permet un recensement de tous les services en activité, afin de garantir le droit effectif à l’IVG en Ile de France ; 
    • demander au gouvernement un allongement des délais du nombre de semaines que durera le confinement, ainsi que la suppression de l’obligation du deuxième rendez-vous pour les patientes mineures
    • assurer la continuité de l’ouverture des centres de planification des hôpitaux et aider au maintien ou à la réouverture des Plannings familiaux associatifs
    • fournir aux structures concernées du gel hydro-alcoolique et des masques 
  • protéger les femmes victimes de violence :
    • interpeller le gouvernement pour que le 3919 fonctionne de manière effective 24h/24 et 7j/7 afin que toute femme en ayant besoin puisse être accompagnée immédiatement
    • mettre en place un numéro vert d’urgence pour prendre en charge immédiatement toutes les victimes de violence et communiquer largement à son sujet
  • Dans les immeubles des bailleurs sociaux, les informations rappelant les numéros d’urgence : numéros d’urgence contre les violences faites aux femmes, numéro d’urgence pour les enfants en danger, numéro vert IVG sont dorénavant affichées : inciter les gardien.nes d’immeubles privés à faire de même, en leur envoyant par courrier quelques affichettes.

– Protection de l’enfance :

  • interpeller le gouvernement pour que l’interdiction des sorties sèches de l’ASE, décidée dans la loi d’urgence votée par le Parlement, soit pérenne et les contrats jeunes majeurs systématisés avec la possibilité qu’ils durent jusqu’à 25 ans si le jeune le souhaite
  • mettre en place un protocole d’urgence pour assurer le suivi de l’accompagnement des enfants placés, de leur scolarité ainsi que de leur accès aux soins, en tenant compte des préconisations des autorités sanitaires
  • mettre en place un dispositif d’accueil spécifique pour les enfants placés infectés et systématiser les tests
  • équiper les travailleurs sociaux de masques de protection et de gel hydro alcoolique
  • pour les jeunes souffrant d’addictions, proposer une permanence de médecins addictologues dans les établissements et faciliter l’accès à des substituts
  • assurer l’ouverture de lieux, comme les bases de loisirs possédées par la Région qui devraient être mises à disposition, pour les jeunes en foyer

– Éducation :

  • fournir gratuitement du matériel (tablettes, etc.) permettant la continuité pédagogique à l’ensemble des familles n’ayant pas les moyens financiers d’avoir les outils numériques indispensables à cette continuité
  • mettre en ligne un recensement des structures associatives (centres sociaux, etc.) qui proposent du soutien scolaire à distance
  • aide à la parentalité : poursuivre le soutien psychologique déjà mis en place et proposer dans chaque arrondissement des réunions en visio-conférence d’échange et d’entraide collective à la parentalité, en présence de psychologues et de professionnels de l’enfance

– Personnes en situations de handicap :

  • Maintenir et prolonger toutes les aides fournies par la MDPH, mettre en place une procédure accélérée pour la validation de nouvelles aides
  • Mettre en place une consigne claire et commune pour un droit de sortir, en respectant les mesures de sécurité liées à la propagation du virus, égal pour toutes et tous, et notamment les personnes en situations de handicap
  • Œuvrer à la réduction de la densité en établissements, en autorisant les retours au domicile, afin que les personnes institutionnalisées puissent disposer du choix de leur lieu de confinement. 
  • Agir auprès des institutions afin de disposer des moyens de communications adaptés (visioconférences) pour maintenir le contact à distance et permettre aux proches d’apporter leur soutien. 
  • Mettre en place un service d’urgence d’assistance personnelle sécurisé et accessible pour les personnes handicapées confinées à leur domicile.
  • Assurer que le téléphone soit autorisé en établissements psychiatriques, et le contact avec les juges de liberté et avocats maintenus par communications téléphoniques.

– Culture :

  • inciter les salles de spectacle financées par la Ville de Paris à mettre en ligne des captations vidéo de spectacles qu’ils ont accueillis
  • assurer un accès libre à la bibliothèque numérique de la Ville de Paris (aujourd’hui accessible seulement aux adhérent.es)

– Condition animale :

  • mettre en place un dispositif et un réseau d’entraide pour assurer la garde des animaux des personnes malades 
  • permettre l’accès des sans abris possédant des animaux à un hébergement dans un lieu adapté à la présence de l’animal
  • en lien avec la préfecture de police, mettre en place une autorisation spécifique et permanente pendant la durée du confinement pour les associations de protection animale, afin qu’elles puissent assurer leurs activités sans être verbalisées comme cela est arrivé plusieurs fois, bien toutes les consignes officielles aient été respectées,
  • corriger les fausses informations notamment sur la responsabilité des animaux de compagnie dans la transmission du covid-19 qui sont la cause d’un accroissement des abandons

– Planifier le déconfinement :

  • assurer la désinfection des établissements scolaires et de tous les établissements de la Ville recevant du public ou des agents avant la fin du confinement
  • généraliser les tests à toute la population parisienne, en démultipliant les points de dépistage avec l’objectif d’en créer plusieurs par arrondissement, et en envisageant y compris des centres de test mobiles
  • poursuivre et amplifier la mise à disposition de lieux pour les personnes testées positives au Covid-19 qui souhaitent pouvoir être isolée, en mettant en place la réquisition de logements vides, meublés touristiques et chambres d’hôtel
  • s’opposer à toute fermeture de classe à la rentrée prochaine et obtenir des moyens et effectifs renforcés renforcés afin de pouvoir accompagner correctement les élèves qui auront pris du retard ou “décroché” durant le confinement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *