Jeux Olympique ou écologie : il faut choisir !

Jeux Olympique ou écologie : il faut choisir !

Les JO sont présentés comme « verts, inclusifs et solidaires », alors qu’il s’agit d’une aberration écologique qui va amener la construction de nouvelles infrastructures sans bénéfices pour les habitant.es et alimenter tous les autres grands projets inutiles d’Ile-de-France.  Cette “fête du sport” représente surtout la fête des sponsors : celle de Airbnb, Coca-Cola, ou DOW Chemicals (un des principaux fabricants de pesticides).

La majorité nous promet des JO écologique, mais les JO les plus écolo ce sont ceux qui ne se font pas. 

Pour le moment, nous n’avons aucune garantie écologique concernant l’organisation de ces JO. Seule certitude, l’expansion des usines à béton sur les berges de Seine (1 million de tonnes/an à court terme). Conséquence de cela, les Jeux Olympiques alimentent tous les projets inutiles du Grand Paris. Le béton devant parvenir sur les chantiers en moins d’1h30, il va nécessairement servir pour les infrastructures du Grand Paris devant être terminées impérativement pour 2024.

Notre action pour demander une référendum sur l’organisation des JO sur le Pont de l’Alma

On nous dit aussi que « 80% des déchets (seront) réutilisés et recyclés pendant la phase opérationnelle des Jeux ». Cela voudrait dire des infrastructures de tri considérables. Où sont-elles ? Aujourd’hui, le tri des déchets n’est que partiel, et le plus vaste projet concernant les déchets est celui d’Ivry-Paris 13, projet à deux milliards d’euros consistant non à trier les déchets mais à les brûler. 

Un budget ni crédible ni sincère 

Si le budget des Jeux Olympiques est prévu à 6 milliards d’euro, nous savons que toutes les éditions des jeux olympiques précédentes ont largement dépassé leurs budgets initiaux. Celui-ci n’est pas en reste puisqu’il dépasse déjà les 6 milliards d’euro pour atteindre les 6,8 milliards. Or le contrat de Ville-hôte entre Paris, l’État et le CIO prévoit que toutes les infrastructures sont à la charge du public et qu’aucun dépassement éventuel n’est pris en charge par le CIO mais uniquement par les budgets publics.

Un oubli du social 

On déclare que 40% du Village ira au logement social, or rien n’est dit sur le financement de la réhabilitation.

Finalement, alors même que la crise du logement est connue, les organismes de HLM sont appelés à mobiliser beaucoup d’argent pour financer une opération de prestige (donc chère) en attendant de recevoir des logements (après 2024), dont on ne sait pas s’ils en vont pas devoir supporter le coût de la réhabilitation (passer de logements à destination de sportifs à des logements familiaux)

Une aberration démocratique

Anne Hidalgo s’était prononcée contre l’organisation des JO lorsqu’elle n’était que candidate à la Marie de Paris avant de faire volte face sans organiser aucune consultation populaire sur cette organisation. 

Frédéric Viale fondateur du collectif contre les JO

Nous pouvons encore retourner la situation 

Les Jeux Olympiques avaient été attribué à Denver en 1970, six ans avant leur organisation prévue en 1976. En 1972, soit quatre avant l’organisation des jeux, la révolte populaire a permis d’annuler les jeux olympiques. Nous sommes 4 ans avant les JO de 2024. La démocratie peut donc totalement inverser la tendance. 

A Décidons Paris, nous demandons la mise en place d’un référendum sur l’organisation des Jeux Olympiques ! Laissons le choix aux parisiennes et aux parisiens de décider si oui ou non, ils et elles veulent de ces Jeux Olympiques imposés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *