Réponse de Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo à l’interpellation de l’assemblée générale des personnels de la Ville de Paris

Réponse de Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo à l’interpellation de l’assemblée générale des personnels de la Ville de Paris

Paris, le 14 janvier 2020

A l’attention des agent.e.s de la Ville de Paris,

Objet : Réponse de Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo à l’interpellation de l’assemblée générale des personnels de la Ville de Paris

Mesdames, Messieurs, 

Nous voulons d’abord d’abord saluer et remercier votre engagement et votre courage : bravo à tou.te.s celles et ceux qui sacrifient des journées de salaire pour lutter contre cette réforme injuste et inique, à vous agent.e.s de la Ville mais aussi aux cheminot.e.s, agent.e.s de la RATP, enseignant.e.s, hospitalier.e.s, salarié.e.s et agent.e.s de tous secteurs confondus qui font vivre cette mobilisation historique !

Il est en effet essentiel d’exiger et d’arracher le retrait de cette réforme. Elle vise à casser notre système de retraite par répartition pour imposer un système à points où tou.te.s les salarié.e.s ont à perdre. En imposant que l’ensemble des retraites soit financé de manière constante par 14% du PIB, alors que le nombre de bénéficiaires a vocation à augmenter, cette réforme aurait pour conséquence un appauvrissement généralisé des retraité.e.s et un allongement de l’âge de départ en retraite. Le calcul des pensions sur l’ensemble de la carrière au lieu des 25 meilleures années (privé) ou des 6 derniers mois (public), provoquerait inexorablement une baisse des pensions, d’autant plus terrible pour les femmes dont les carrières sont plus souvent interrompues et précaires.

Quant à l’âge pivot, ne soyons pas dupes des tentatives d’enfumage. Le gouvernement n’a pas retiré cet arbre qui cache la forêt. Il s’est tout juste engagé à décaler de 4 ans son application pour celles et ceux relevant de l’ancien système. Le futur système par points voit bien l’âge d’équilibre maintenu, d’abord à 64 ans, et pourra bien être augmenté ultérieurement.

Une toute autre réforme des retraites est possible à 60 ans à taux plein pour une carrière complète, sans aucune pension de retraite en dessous du SMIC. Restaurons et augmentons les cotisations patronales, augmentons les salaires, ce qui augmentera mécaniquement les cotisations, instaurons l’égalité salariale entre les femmes et les hommes, créons les emplois nécessaires face à l’urgence écologique, ou encore taxons bien plus les revenus des actionnaires. 

Tout.e maire progressiste devrait soutenir cette grève historique. Mais Anne Hidalgo n’en a pas dit un mot lors de ses voeux et a même encouragé la reprise du travail dès le lendemain de l’annonce de sa candidature. La maire comme le PS parisien,  les groupes LREM, UDI-Modem et LR ont voté contre (tandis que le PC et EELV se sont abstenus) le voeu proposé par Danielle Simonnet lors du Conseil de Paris de décembre proposant, à la majorité municipale de s’engager à soutenir le mouvement social initié par la grève du 5 décembre et à favoriser son organisation par la mise à disposition de salles. Pire, l’exécutif a communiqué des vidéos célébrant les agent.e.s ayant fait le choix de ne pas faire grève, a incité les agents à prendre des congés, a assoupli les règles d’encadrement à la DASES ou à la DASCO au mépris des règles de sécurité ou a eu recours aux entreprises à qui une partie de la collecte des déchets a été cédée pour supplanter les agents grévistes de la propreté ! Ces procédés sont scandaleux. 

Intervention de Danielle Simonnet au conseil de Paris appelant les élu.e.s à soutenir la grève contre la réforme des retraites

Pour notre part, à notre place et en soutien aux organisations syndicales et aux grévistes, nous tentons de contribuer aussi activement que nous le pouvons à la mobilisation et nous sommes à votre disposition pour soutenir toutes les actions que vous mènerez sur le terrain.

Nous soutenons les revendications de votre interpellation : étalement à 2 jours par mois de la prise en compte des jours de grève sur les salaires et traitements des agent.e.s, assouplissement des règles de dépôt et de participation aux réunions d’Information syndicale afin que les agent.e.s non-grévistes puissent venir aux AG, création de journées blanches avec des fermetures de services les jours de mobilisation nationale et nécessité de garantir le respect des règles de sécurité dans les lieux de travail comme le taux d’encadrement des enfants accueillis, au lieu de vouloir coûte que coûte ouvrir les lieux dans des conditions non acceptables.

Nous avons à coeur, pour les prochaines élections municipales, de défendre un projet de société qui s’oppose résolument à celui porté par le président Macron avec cette réforme, et qui est de fait tacitement soutenu par Anne Hidalgo et sa majorité. Nous portons le projet d’étendre les droits de toutes et tous, et non de les détruire, d’améliorer les services publics et non de les privatiser ou les externaliser. Faisons de Paris une ville de solidarité, d’entraide, où personne ne vit ni à la rue, ni sous le seuil de pauvreté, une Ville qui respecte ses agent.e.s, leur garantit des droits, des conditions de travail, une rémunération et des déroulements de carrière leur permettant de bien vivre et de se loger dans la ville où ils et elles travaillent. A nous, par nos mobilisations, de faire advenir ce monde ! Face à ceux qui veulent casser les droits conquis et instaurés par le Conseil National de la Résistance, portons l’horizon de nouveaux jours heureux !

Vikash Dhorasoo et Danielle Simonnet,

binôme tête de liste aux élections municipales pour Décidons Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *