Investissons les logements vides !

Investissons les logements vides !

Habitantes et habitants de Paris, nous aimons notre ville. Nous ne supportons plus de voir nos quartiers laissés à l’abandon, nos enfants et nous-mêmes contraints à quitter le territoire. La vie à Paris est devenue hors de prix et irrespirable. Chaque année, 12 000 personnes sont contraintes de quitter la ville car elles n’ont plus moyens de s’y loger. Les catégories populaires y sont de moins en moins nombreuses (26% de la population active parisienne, pour 35% il y a 20 ans). Un million de travailleuses et travailleurs viennent chaque jour de banlieue pour travailler à Paris, créant des déplacements contraints et, in fine, de la pollution. Le prix du mètre carré à l’achat a dépassé les 10 000 euros, les loyers explosent, de plus en plus de logements sont réservés aux touristes avec Airbnb ou aux marchands de sommeil et dans le même temps, 230 000 logements sont inoccupés, soit près d’un logement parisien sur cinq !

Le mal logement : problème majeur !

Le mal logement est un problème majeur. Selon la fondation Abbé Pierre : « La proportion de ménages pauvres en Île-de-France a augmenté deux fois plus vite qu’en France métropolitaine entre 2004 et 2012 ». Conséquence :  les ménages pauvres ont dû multiplier par deux la part de leurs ressources consacrées au logement (40,8% en 2013 contre 20,1% en 1988). Près de 19% des Franciliens se déclarent en difficulté de paiement à la fin du mois et 5% des ménages se retrouvent en situation d’impayés. L’île de France comptabilise à elle seule, 26% des décisions de justice prononçant l’expulsion et 41% des expulsions effectives du territoire national… Parfois le résultat, c’est la rue. Le nombre de SDF explose. Ils seraient près de 3.641rien qu’à Paris et 12% seraient des femmes. La situation est insupportable, nous devons garantir un droit au logement pour toutes et tous.

Le problème c’est que devenir propriétaire est également un parcours du combattant pour les plus pauvres. “Les employés et ouvriers ont littéralement été écartés du marché de l’acquisition des logements anciens”, observe la Fondation. À Paris, la part des propriétaires issus des classes sociales défavorisés est passée de 15% en 1998 à 5% en 2018.

Finalement, la crise du logement est telle que sur les 4 millions de personnes mal logées que compte le territoire national, “1,2 million vivent dans la région la plus riche de France”, résume la Fondation Abbé Pierre.

Ces chiffres désastreux sont le résultat d’un abandon des pouvoirs publics et d’un manque de courage de la Mairie qui, en parallèle, investit 20 millions dans la mise en place des JO et vend l’hôtel Dieu à Neoxia pour la construisons de restaurants de luxe au lieu de construire des logements.… Nous devons contrer le tryptique « gentrification – bêtonisation – privatisation » par la démocratie, construisons des communs et défendons notre droit à la ville !

Qu’est-ce qu’on attend pour appliquer la loi de réquisition ? Investissons les logements vides !

Les réflexions sur groupe thématique logement nous amènent à réfléchir à de nombreuses possibilités pour engager la lutte. Mercredi 27, se tenait l’un de leur premier atelier citoyen autour de cette problématique. Des propositions collectives ont commencé à émerger pour des logements abordables et confortables, mais aussi pour développer de nouvelles manières d’habiter mettant en avant la solidarité, l’écologie et les communs. Surtout le groupe logement se mobilise pour afficher les logements inoccupés ou vides ! La mairie de Paris s’était engagée à lister les logements et bâtiments vides pour exiger de la Préfecture l’application de la loi de réquisition. Mais aujourd’hui, rien ne se passe ! 

Atelier Logement du 27 novembre

A “Décidons Paris”, nous avons donc décidé de cesser d’attendre et de passer à l’action : nous appelons donc à investir les logements vides ! Au même titre que la Nuit de la solidarité où la ville de Paris compte les personnes sans abri, nous citoyen.ne.s de Décidons Paris, nous repérerons les logements vides et les afficherons par des slogans interpellant les citoyen.ne.s !

Pour assister au lancement de l’opération et à une action « Affiche ton logement vide », en présence de Danielle Simonnet et Vikash Dhorasoo, nous vous donnons rendez-vous le samedi 30 novembre à 16h, métro Alésia (Paris 14e), devant le HSBC. Il faut rendre Paris à ses habitant-es, encadrer les loyers et investir les logements vides ! A travers le Référendum local d’initiative citoyenne, Décidons Paris organisera une votation pour que nous reprenions la question du logement en main tout en rendant la parole aux habitant-es. Nous exigerons le transfert à la ville des compétences de l’Etat comme : la fixation du loyer de référence et l’encadrement des loyers pour pouvoir les baisser et le pouvoir de réquisitionner les logements et les bureaux vides. Il est temps d’encourager un mouvement populaire de réappropriation du territoire parisien. 

Paris est devenue une ville pour les plus riches et les spéculateurs. La majorité actuelle a fait passer le profit avant nos vies. Nous ne nous satisfaisons pas de cette situation, nous ne nous satisfaisons pas de leur inaction et de leurs paroles creuses, nous voulons agir collectivement. Pour un Paris populaire et non un Paris des riches et des touristes, il est temps de reprendre le contrôle et de donner aux habitant-es l’occasion de décider par eux-mêmes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *