L’abandon des locataires du 70-72 rue d’Aubervilliers

L’abandon des locataires du 70-72 rue d’Aubervilliers

Cette semaine, Sarah Legrain a rencontré les locataires d’une résidence de logement social en travaux de réhabilitation et de surélévation, au 70-72 rue d’Aubervilliers dans le 19e arrondissement. Ceux-ci n’en peuvent plus des conditions dans lesquelles ils vivent depuis deux ans, n’ayant pas été relogés pendant le chantier.

Bruit infernal des marteaux-piqueurs, dommages causés par des fuites d’eaux et chutes de gravats, gros problèmes de sécurité… Ironie du sort, lorsque Sarah est arrivée au rendez-vous fixé, ils venaient de subir en pleine nuit un incendie dû au déplacement des compteurs électriques et une partie d’immeuble était plongée dans le noir !

Le pire dans tout ça, c’est qu’au-delà des embarras des travaux ils sont aussi très en colère face au résultat : construction de cages d’escalier extérieures qui obscurcissent une partie des logements, et pour laquelle on a abattu des arbres et rétréci le cheminement extérieur, inaccessible aux fauteuils roulants. Devant le mutisme de leur bailleur et de la mairie qui a pourtant partiellement financé ces travaux, ils ont décidé d’aller en justice. Nous les soutenons !

Suite à cette expérience, nombre de questions se posent :

Si on encadrait la spéculation immobilière et l’explosion des loyers parisiens ?

Si on s’occupait déjà de remplir les très nombreux logements vacants dans Paris, ou de transformer les bâtiments vides en logements ?

Si on arrêtait de construire des tours de bureaux et de commerces ?

Pourquoi serait-ce aux locataires de logement social dans les quartiers populaires et déjà très denses de faire les frais de ces nouvelles constructions ?

Et quoi qu’il en soit qu’est-ce qui peut bien justifier de laisser des gens vivre dans un chantier, sans relogement, sans dédommagement, sans avoir leur mot à dire ? Les locataires de logement social ne sont pas des sous-habitants qui auraient moins de droits que les autres…

Pour connaitre l’étendue des dommages causés subis par les locataires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *